[Temps de lecture : < 1 minute]

En cette période où l’on redécouvre les bénéfices de l’énergie nucléaire, il faut absolument revoir certaines oeuvres parues après la catastrophe de Fukushima advenue en mars 2011.

La BD Fukushima, chronique d’un accident sans fin,  par Bertrand Galic et Roger Vidal(parue en 2021). Elle se base sur le rapport d’une commission d’enquête. Celle qui a auditionné Masao Yoshida, le directeur de la centrale nucléaire de Fukushima, pour comprendre comment les événements se sont déroulés et comment les employés de Tepco ont tenté d’y faire face, heure par heure.

 

 

La série en 3 tomes du manga Au coeur de Fukushima de Kazuto Tatsuta (parue en 2016). Elle raconte le travail difficile, épuisant et démoralisant des ouvriers chargés de réparer les dégâts causés par l’accident.

 

 

 

 

Le dernier homme de Fukushima, roman d’Antonio Pagnotta de 2013. Il s’intéresse à l’histoire vraie de Naoto Matsumura, qui refuse de quitter la zone interdite autour de la centrale, défiant ainsi les autorités.  Pour garder sa dignité.

 

 

 Fukushima mon amour, film de Doris Dörrie (2015), donne à voir la rencontre improbable entre une jeune allemande idéaliste et une ancienne geisha. Toutes deux vont tenter de reconstruire quelque chose au milieu du chaos. Magnifique rencontre entre deux univers que tout oppose, mais que la curiosité et l’empathie rapprochent.

Ces titres sont disponibles au catalogue de Place des Arts ou sur Médiathèque numérique en VOD.

Mise à jour : 1 février 2023